Le Monde de Maïkan oui, mais les chevaux aussi en font partie!



Quand est-ce que ça a commencé? cette passion dévorante pour les chevaux…

Peut être avec ces ânes… Ou Ulysse, notre poney blanc qui a accompagné

mon enfance.


Ou encore, "à cause" de lui? Mon grand frère, lui aussi mordu depuis toujours, que j'ai assisté et observé avec ses chevaux espagnols, Dalgo et Amandina.



C'est peut être ce TOUT équin, qui m'entoure depuis toujours qui m'a guidé sur ce chemin.

J'ai d'abord commencé la monte dite "classique" quelques années… Mais je peux dire que j'ai vraiment fait de l'équitation à 11 ans, quand j'ai découvert l'équitation Western.


J'aimais tout: les chevaux, la sellerie, l'histoire… Mais surtout la manière de travailler les chevaux, qui était à mon sens plus respectueuse de l'animal.


Plusieurs années passent, quand un des chevaux de l'écurie est mis à la vente… Surement pas le cheval que j'aurais imaginé avoir, mais c'est une évidence, il est pour moi.

C'est là que KID fait son apparition dans ma vie, pour mes 13 ans. Et quelle apparition!

Kid, c'est le feu et la glace… C'est je t'aime, moi non plus, c'est un jour oui, un jour non et même un instant oui, le suivant non...

C'est un appaloosa digne de ce nom, avec un sacré caractère et presque pas de crins!

Au début, j'enchaine les chutes… A chaque fois que je montais mon cheval, je finissais par terre, en plus ou moins bon état… Mais je persiste car au fond je sais, qu'on va y arriver.

Et aujourd'hui je peux dire avec certitude, qu'il a été un de mes meilleurs formateurs.

Au niveau équitation, certes, mais bien au delà.

Il avait la capacité de me faire passer d'une émotion positive à une colère terrible en quelques secondes.


A cette époque j'étais encore bien loin de toutes les prises de conscience que j'ai pu avoir après lui, et jusqu'aujourd'hui. Alors cette colère que je ressentais et que je ne contrôlais absolument pas, je lui faisais payer. Je lui mettais des kilos de pression dans la bouche, des coups d'éperons , je n'arrivais pas du tout à prendre du recul. On était aussi explosif l'un que l'autre , le juste milieu était rare… c'était parfois très bien, et des fois pas du tout.

Je me demande comment je pouvais avoir autant de violence en moi, et surtout, lui balancer en pleine poire, sans peser mes gestes…

Mais aujourd'hui, j'accepte que tout ça, c'était moi avant. Je devais passer par la pour cheminer et en arriver là où j'en suis aujourd'hui.


Petit à petit, on a réussi à s'apprivoiser l'un l'autre… Et quand certains jours, j'avais une selle, un mord, et des éperons, d'autres, je pouvais le monter en totale liberté. Rien sur le dos, rien dans la bouche. Juste nos deux corps qui communiquaient.




Kid, c'est toute mon adolescence, c'est plein de victoires quand on voit de là où on est partit, c'est des échappées belles en bord de mer, du tri de bétail, des épreuves de vitesse en concours… C'est un travail acharné aussi souvent que je le pouvais, mon meilleur échappatoire de l'époque. Si bien, que mon rêve était d'habiter à côté de l'écurie, pour pouvoir y aller encore plus souvent… Qui aurait cru que 10 ans plus tard, mon rêve serait réalisé… Mais Kid n'est plus là. Et c'est avec Maïkan, que je parcours les chemins où je galopais autrefois.


Et oui, car après 6 ans de vie commune et d'évolutions, la vie et les finances ne me permettaient plus de l'assumer…. Ce fut un déchirement que de m'en séparer. Mon cheval, mon Kid. Mais à ce moment là c'était le seul chemin envisageable.


Après cela, je me suis coupée du monde équestre, je vivais ma vie de jeune fille et je pensais que Kid serait mon premier et dernier cheval.


5 ans s'écoulent, 5 ans sans monter, ni m'intéresser au monde du cheval… Bon, j'ai dû faire une ou deux balades, mais ça s'arrêtait là.

Et finalement, petit à petit je recommençais à m'intéresser et m'interroger sur le travail des chevaux, les différentes méthodes… J'ai fais des stages : équifeel, équitation éthologique… Durant ces années, les "méthodes douces" et "positives" ont explosées et c'est presque devenu une mode… En tout cas, c'est ce que j'en percevais, sans être vraiment dans le milieu.


Et puis finalement c'est un chien qui est arrivé dans ma vie, en 2016.

Et tellement de fois je disais de lui qu'il était un Kid, en version chien.

Qui lui aussi me mettais face à un mur qui me semblait infranchissable.

Mais fort heureusement, c'est la voie de la bienveillance que j'ai emprunter avec lui, et qui a déverrouiller tous les blocages que j'ai rencontré et que je rencontre encore parfois.


Quelques, mois plus tard, je me formais également à la communication animale intuitive.

Avec tous ce que j'avais appris ces derniers temps, et tout ce que j'expérimentais au quotidien, je choisissais petit à petit, les méthodes que j'applique aujourd'hui avec n'importe quel animal.


Un beau jour, en navigant sur les réseaux sociaux… C'est un coup de cœur.

Ce genre de chose qui vous arrive alors que ce n'est absolument pas prévu au programme. Mais que vous sentez au fond de vos tripes. Que votre mental refuse ,mais que votre cœur a déjà adopté.


Ce petit mal entendu, c'est Hacker Lolita Rock.

Un poulain atypique entre Paint Horse et Arabe, qui viens de pointer le bout de son nez...


Après maintes et maintes réflexions sur la rationalité de la chose, qu'était à ce moment là , de re faire entrer un cheval dans ma vie, je décide d'aller à sa rencontre "pour voir".


"C'est lui". C'était lui. J'en étais sûre on était là l'un pour l'autre, et je ne repartirais pas sans avoir réservé ce petit bout.


3 mois plus tard, c'est avec un van que nous y sommes retournées, pour rentrer avec lui.

Il y a maintenant 1 an...



J'ai eu du mal à réaliser qu'il faisait enfin partie de ma vie, concrètement.

J'étais en même temps excitée, heureuse, et effrayée devant ce poulain de 8 mois avec qui tout était à faire.


Au début je ne faisais pas grand chose à part l'observer, et lui brosser les crins… J'avais étais tellement frustrée pendant des années, de la capillarité de Kid, que j'étais bien décidée à me rattraper sur ceux d'Hacker! Du coup il avait des tresses avant même que ses crins fassent la moitié de son encolure… Haha.


Et puis j'ai commencé à faire de petits exercices sans trop savoir où j'allais…

Je commencé à travailler par "confort/inconfort" : je te met en inconfort, et dès que tu m'offres le comportement souhaité, tu retrouve ton confort.

Mais c'est pour moi que c'était inconfortable!

Je n'étais plus du tout en accord avec le fait de lui mettre, ne serais ce, qu'une petite pression physique.

J'étais donc perdu entre ce qu'on me conseillait et ce qui resonnait en moi, réellement.


Par chance, j'avais trouvé une formation de 6 mois, pour devenir éducateur canin et spécialiste du comportement animal. Ce qui impliquait que j'allais travailler des chiens, mais aussi des poules, des chats, des canards… Et des chevaux!


ça a été le réel départ, où j'ai commencé à travailler avec Hacker.

Je travaillais et travaille encore aujourd'hui, par renforcement positif.

C'est à dire, que le cheval reproduit un comportement par motivation.

Sans aucune contraintes ni intimidations physiques ou psychiques.

La motivation, en l'occurrence, étant la nourriture.

C'est le même processus que l'on pourrais faire avec un chien.

Et avec n'importe quel animal d'ailleurs, même des orques ou des papillons!

( Oui, oui! Des papillons. C'est Ken Ramirez qui a pu faire déplacer des milliers de papillons, en travaillant au clicker et par renforcement positif).


Je travaillais sur les chevaux du Centre du bien être animal formations et quand je rentrais, je voulais tout refaire avec Hacker.

Sauf que ça ne marchais pas du tout comme ça !


Je travaillais sur les chevaux du centre, et quand je rentrais rien ne fonctionnait avec Hacker… Il a commencé à développer une frustration énorme vis à vis de la nourriture qui se traduisait par des tentatives de morsures, dès qu'il s'agissait de réfléchir quelques secondes… J'étais complètement démunie face à cela. Malgré la bonne relation que j'avais avec mon cheval, il voulait me mordre ( par frustration liée à la nourriture et non pas par agression) et c'était très compliqué pour moi d'y faire face.


J'ai eu envie de baisser les bras, plusieurs fois… J'avais l'impression que jamais je ne verrais le bout du tunnel. Je stagnais sur des exercices simples depuis des mois, et rien ne se résolvait.

Et puis j'ai retourné le "problème" dans ma tête dans tous les sens. Avec l'aide précieuse de mes formatrices. J'ai repris chaque situations qui dégêneraient et je me suis demandé pourquoi? J'ai pensé environnement, j'ai pensé nourriture, timing, manière de faire… Et j'en ai conclue qu'il fallait tout changer!


C'était maintenant évident, je trouvais la cause de sa frustration, et c'était à moi de modifier mon travail pour l'amener à modifier son comportement.


Quelle ne fut pas ma surprise lorsque quelques séances plus tard, les tentatives de morsures avaient réduites de moitié… Puis devenaient très exceptionnelles, jusqu'à disparaître.


Enfin, mon travail payait! Et je contemplais la merveilleuse relation que j'avais crée avec mon cheval.



Aujourd'hui, j'avance à pas de lutins dans ce monde encore méconnu du plus grand nombre, qu'est le renforcement positif avec les chevaux.

Et Hacker, que je peut désigner comme second grand formateur équin de ma vie, ne cesse de me faire évoluer sur cette technique, mais aussi sur des plans plus subtils.

Avec lui, il est nécessaire d'être absolument dans l'instant présent, présente dans le travail et à l'écoute. C'est lui qui sait me dire "Tu n'es pas apte à travailler? Alors ne me demande pas de l'être".

J'ai appris à lâcher prise, et ne pas avoir peur de repoter au lendemain quand lui ou moi ne sommes pas en phase. A ne plus m'acharner, à vivre, comprendre mes émotions et les accepter.


C'est tout ce chemin que j'ai parcouru. Et qui fait qu'aujourd'hui avec ce petit étalon d'un an et demi, on arrive à se comprendre, s'accorder et avancer ensemble dans la même direction.


A mon sens, aujourd'hui c'est la meilleure méthode de travail que je connaisse. Et que l'on peut proposer à son animal.

Evidemment le but de cet article n'est en aucun cas de dénigrer telle ou telle méthode de travail, mais plutôt de dire, que la méthode que vous utilisez, quelle qu'elle soit, sans avoir besoin de coller une étiquette dessus, doit être en accord total avec vous-même, à l'instant T.


Travaillez votre cheval en votre âme et conscience, acceptez les évolutions qui s'offrent à vous. Soyez juste avec vous, avec lui, et emprunter le chemin que vous dicte votre cœur, alors, vous arriverez à avancer!





61 vues

© 2023 par Yoga Clara. Créé avec Wix.com