Nos émotions, et leur incidence sur nos chiens

Mis à jour : oct. 13



Les émotions que nous font vivre nos chiens sont fortes. Très fortes, parfois ingérables, parfois terrifiantes, et très souvent magnifiques.

Plus vous considérez votre animal, plus ce que vous ressentirez sera intense. Tant dans les émotions positives, que négatives.

Les animaux sont de vraies éponges émotionnelles, capables de ressentir (énergétiquement), sentir (olfactivement) et voir, ce que nous ressentons nous même. J’ai même régulièrement des cas d’animaux, qui prennent les maux de leurs propriétaires. Je retrouve cela souvent en communication animale, lors de relations très fusionnelles. Eh oui, leur « pouvoirs » sont sous-estimés, et il n’est pas rare de retrouver les mêmes pathologies, les mêmes analyses sanguines, les mêmes symptômes, et les mêmes réactions émotionnelles, chez le chien et son humain. Ce que j’ai expérimenté maintes fois avec Maïkan, mon âme sœur canine, comme j’aime le surnommer.

Et si je stresse, il stresse ?


Affirmatif.

Rythme cardiaque qui s’accélère, mains moites et qui se resserrent sur la laisse, la voix change… Alerte danger !

Parfois, nous ne nous rendons même pas compte de tout cela, ce sont des réactions émotionnelles, donc innées et incontrôlables chez nous. Mais lui, il sait, et s’il n’a pas encore vu le stimulus qui vous fait réagir, il est alors en train de le chercher, et lui aussi d’augmenter son stress jusqu’à exploser lors du dit stimulus.

(Ex : vous voyez un chien ou un joggeur au loin que vous allez croiser…).

Non seulement votre stresse, stresse votre chien, mais, il abaisse votre taux vibratoire, et affaibli votre organisme. Vous « dégagez » donc une énergie stressante, qui va vous handicaper, handicaper votre chien, et bien souvent provoquer la situation que vous ne vouliez surtout pas vivre.


Pour ma part, je suis capable de stresser une voiture entière de personnes sans ouvrir la bouche, ni même que les personnes sachent pourquoi ! Mon compagnon et certaines de mes amies peuvent en témoigner… Oupss. Ce que je dégage provoque un stresse chez les gens car je suis moi-même profondément anxieuse. C’est rare, dieu merci (pour moi et pour ceux qui sont autour ! hihihi…)


L’avantage est que les humains peuvent l’exprimer, et choisir de se dégager de cette émotion qui ne leur appartient pas. Les animaux, et surtout nos chiens, collés a nous des journées entières, non.

A contrario, nos émotions positives sont elles aussi communicatives !


Une joie profonde et sincère donnera le sourire à vos proche, chien compris, et détendra l’atmosphère de manière considérable.

Et aura tout l’effet inverse du stress, donc augmentera votre taux vibratoire, boostera votre corps et votre organisme, attirera du positif à vous, et aidera votre chien, à développer cet état émotionnel.

A savoir, que vous ne pourrez pas « faire comme si » avec vote chien.

Vous aurez beau afficher votre plus beau sourire, parler avec la voix la plus mignonne possible, si vous n’êtes pas réellement bien et serein, cela ne servira à rien, malheureusement, lui, il sait, qu’au fond, votre cœur bat la chamade et vos jambes flageoles !

C’est donc un réel travail, un réel entrainement, que de cultiver notre bonheur et notre sérénité dans multiples situations, pour se sentir mieux, et pouvoir aider nos chiens dans des situations délicates.

Ok maintenant je stresse, parce que je stresse, et que je stresse mon chien !



C’est justement pour cela que ce paragraphe existe.

Paracerque la première des choses essentielle, c’est de se rendre compte. Se rendre compte que nous avons des émotions, qui sont des réactions physiologiques incontrôlées, tout le temps, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, justifiées ou non.

Et le premier pas, c’est de l’accepter.

Accepter que parfois, on n’est pas plein d’empathie, de joie et d’amour.

Et vous savez quoi ?

VOUS AVEZ LE DROIT.

On à le droit de vivre des émotions négatives.


Je vais vous faire part d’une récente anecdote que j’ai vécue : Comme certains le savent, depuis le début de ma grossesse, Maïkan vit des périodes où il est très anxieux. Avec quelques mises en place, ses comportements d’anxiété de séparation, notamment, s’étaient atténués. Ils vivaient bien mieux nos absences, depuis plusieurs semaines.

Puis un jour, les voisins nous ont téléphoné, il avait traversé le grillage et s’était enfuit. Nos voisins l’avaient récupéré dans leur jardin, donc, ni peur, ni mal, puisque lorsqu’on l’a su, il était déjà chez eux, en sécurité, et sans aucun dommage corporel.

Il a fugué car il était en état stresse extrêmement intense dû à notre absence.

Mais à l’instant où je l’ai su, j’ai juste été en colère et frustrée.

Je mettais des dizaines de choses en place depuis des semaines pour que nos absences se passent bien, je me démenais en balade pour le fatiguer, le déstresser, j’avais payé des séances de kinésiologie, d’ostéopathie, d’énergie, je faisais de communications animales tous les jours pour lui expliquer quand et combien de temps il allé rester seul. Et il se casse ???


Ces émotions, elles ont été plus fortes que moi. Et pour une fois, j’ai accepté, de ne pas ressentir l’empathie habituelle, j’ai accepté que cet événement à provoqué chez moi un profond mal être.

J’ai accepté, d’être moi-même consultante en comportement canin, et de rencontrer des problèmes avec mon chien.

Je me suis autorisé à penser et ressentir tout ça, à ne pas m’autoflagellé avec des « et si j’avais » ou « si je n’avais pas … ».

Et le simple fait d’accepter ces émotions, si désagréables soient-elles, m’a aidé, à les évacuer. Être bienveillant avec soi-même, est aussi important que de l’être avec son entourage, chien compris, évidemment.

Moi aussi je suis parfois en colère, frustrée, triste, parce que certains comportements de Maïkan me touchent au plus profond, certaines de ses réactions, me renvoient des choses très désagréables, et j'ai beau être professionnelle, je n'en suis pas moins émotive avec mon chien.


Mais c’est justement pour ça qu’il est là. C’est grâce à ça aussi, que je cherche des

solutions toujours plus loin, que je travaille sur moi toujours plus, et que j’arrive de plus en plus à être 80 % du temps dans l’empathie, l’amour et la joie, que dans des émotions et des énergies négatives.

Evidemment vivre des émotions intenses ne justifie pas de passer ses nerfs sur son chien !

Vous avez le droit de l’ignorer, de changer de pièce, de ne pas avoir envie d’interagir avec lui le temps d’un moment. Mais le violenter verbalement ou physiquement, premièrement ne changera rien, et ne vous fera que culpabiliser un peu plus la minute d’après, mais en plus peut aggraver la situation déjà bien assez anxiogène.


Et ensuite ?

Comme tout entrainement, cela peut prendre du temps.

Se dégager du regard des gens, accepter d’être imparfait, d’avoir un chien imparfait (mais totalement extraordinaire pour autant ! ), d’être parfois submergé par ses émotions, mais de tout faire pour se sentir mieux, quotidiennement.

Faire un travail sur soi, se faire aider, sur ses émotions, sur les émotions que votre chien vous fait vivre et vous renvoi… Autant de choses qui peuvent être mises en place, et dont il ne faut pas se passer, pour évoluer et avancer.


Il est aussi important, de se demander ce qu’est vraiment un comportement indésirable?

C’est un comportement dangereux pour le chien, ou ceux qui l’entourent (humains ou animaux). Autrement, il s’agit uniquement d’un comportement qui ne nous convient pas à nous humain. Mais qui a certainement sa place, dans le répertoire comportemental naturel du chien.

Chaque comportement peut se modifier, il faut surtout se demander pourquoi est-ce qu’on le fait ? Est-ce pour son propre confort, la sécurité, le regard des autres, « parce qu’il faut », parce que quelqu’un nous a dit que ce n’étais pas acceptable ?


Accepter, et vivre avec sont absolument des options.

Toujours dans la mesure où il n’y a pas de danger pour celui qui émet le comportement et les protagonistes qui l’entourent.

Vous adorez que votre chien vous saute dessus ? Pourquoi allez à contre sens de votre envie profonde ? Il adore certainement cela aussi, puisqu’il le fait !

Vous n’avez pas envie que votre chien vienne se blottir sur le canapé avec vous, vous avez le droit ! Apprenez-lui que son panier est un lieu super agréable, où il pourra aussi recevoir des caresses et avoir un plaid tout doux.

Il n’y a pas de règles, comme dans les relations humaines d’ailleurs, personne de devrait juger la relation qu’entretien un couple, un parent et son enfant… Cela leur appartient, et s’ils sont heureux ainsi, n’est ce pas le plus important ?




Être en accord avec ses choix et ses émotions, est primordial.

Et surtout soyez bienveillants, avec vous d’abord, et avec votre super compagnon, bien sûr!

© 2023 par Yoga Clara. Créé avec Wix.com